fren

‘Créer une nouvelle génération d’exploitants agricoles’

Sept pays de l’Afrique de l’ouest (Burkina Faso, Gambie, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et le Tchad) bénéficient d’un nouveau programme d’investissement d’un montant de 143 millions d’USD.

L’accord de don pour le financement dudit programme a été signé lundi à Glasgow entre le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Fonds vert pour le climat.

Ce programme annoncé à l’occasion de la Conférence des Parties (COP 26) sur les changements climatiques, fait partie de l’initiative Grande Muraille verte, menée par l’Union africaine, qui vise à restaurer les paysages dégradés dans le Sahel, l’une des régions les plus pauvres du monde.

Il permettra à des millions de ruraux particulièrement vulnérables vivant en Afrique de l’Ouest dans la région du Sahel de s’adapter aux changements climatiques, grâce à un plan de vaste portée visant à restaurer les terres dégradées et à leur fournir des systèmes d’information sur le climat et des assurances agricoles.

"Les petits exploitants agricoles nécessitent de toute urgence des investissements pour s’adapter aux effets des changements climatiques, en particulier dans la région du Sahel où leur vie et leurs moyens d’existence sont grandement menacés. Avec un appui financier, des infrastructures et un accès aux technologies, nous pouvons contribuer à créer une nouvelle génération d’exploitants et bâtir des communautés rurales résilientes face aux changements climatiques dans le Sahel", a déclaré Gilbert F. Houngbo, Président du FIDA.

Yannick Glemarec, Directeur exécutif du Fonds vert pour le climat souligne que le partenariat avec le FIDA sur ce programme contribuera à bâtir la Grande Muraille verte qui permettra aux communautés rurales vulnérables d'Afrique de façonner par elles-mêmes leur avenir dans un monde en proie au réchauffement.

"L'investissement de 82,8 millions d’USD du FVC permettra d'améliorer la résilience climatique au Sahel en facilitant l’accès des petits exploitants à des assurances agricoles et en renforçant les services d'information climato-météorologique", indique –t-il.

Le Sahel devient de plus en plus sec

Le Sahel est l’une des régions les plus vulnérables aux effets des changements climatiques. On s’attend à ce que les températures y augmentent 1,5 fois plus vite que dans le reste du monde.

D’après les études menées au Sahel, le climat devient plus sec et la saison des pluies, qui se fait plus courte et plus intense, intervient plus tard dans l’année. Résultat, les exploitants agricoles ne savent plus très bien quand il convient de semer et de récolter.

L’augmentation de la fréquence des phénomènes météorologiques extrêmes, tels que les sécheresses et les inondations, peuvent provoquer une chute de la production allant jusqu’à 30%, et un taux d’humidité plus élevé peut accroître le nombre de maladies touchant les cultures et les élevages.

Dans le cadre de ce programme, le FIDA œuvrera avec la Banque africaine de développement (BAD), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Groupe de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques dans le but de remédier à toutes les étapes aux risques climatiques pour l’agriculture.

Les investissements dans les systèmes d’information sur le climat et d’alerte rapide contribueront à prévenir ou à limiter les effets d’une crise ; l’adoption de techniques agricoles climato?résiliente et de mesures plus appropriées favorisera l’adaptation des exploitants au cours d’une crise ; enfin, l’accès à des assurances agricoles réduira les pertes et les dégâts.

Le programme a bénéficié d’un don du Fonds vert pour le climat s’élevant à 82,8 millions d’USD et d’un cofinancement d’un montant de 60,4 millions d’USD du FIDA, de la BAD et de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques.

Quelque 5,4 millions de petits exploitants agricoles et de ruraux vivant dans les sept pays visés devraient parvenir à mieux s’adapter aux changements climatiques et renforcer leur résilience face aux phénomènes météorologiques.

Ce programme vise à restaurer les écosystèmes, à accroître la sécurité alimentaire, à générer des emplois et à promouvoir la consolidation de la paix dans les régions de la Grande Muraille verte. Il devrait entraîner la réduction ou l’élimination d’environ 21,4 millions de tonnes de dioxyde de carbone pendant toute sa durée.

"La prédictibilité des financements est essentielle pour faire face de manière efficace aux conséquences humaines des risques de catastrophes naturelles, tout particulièrement pour les petits exploitants agricoles et leurs familles. L'approche coordonnée entre organisations que nous avons adoptée pour mettre en œuvre ce programme renforcera les partenariats utiles au service de la résilience et de l'adaptation climatiques dans la région", a déclaré Ibrahima Cheikh Diong, Directeur général de la Mutuelle panafricaine de gestion des risques.

Le FIDA, bien qu’étant un nouveau partenaire de l’initiative de la Grande Muraille verte, est fort d’une expérience de 40 ans auprès des populations rurales vulnérables du Sahel et jouit d’une solide réputation en matière de soutien à une agriculture résiliente face aux changements climatiques dans cette région, avec des investissements en cours s’élevant à 480 millions d’USD dans la zone de la Grande Muraille verte.

Source : agridigitale

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Влажные стены, фундамент? Вам нужна проникающая гидроизоляция