Remise d’un important lot de matériels aux départements de l’Agriculture et de la Pêche par la FAO

Bamako, 3 juillet (AMAP) Un important lot de matériels dont le coût est estimé à plus de 20 millions de francs CFA a été remis mercredi aux départements de l’Agriculture et de la Pêche par le Fonds des Nations Unies pour l’Alimentation

(FAO) dans ses locaux à Darsalam, en commune III du district de Bamako, a constaté l’AMAP.
Le lot de matériels est composé pour le ministère de l’Agriculture , d’un humidimètre portatif pour céréale, d’ un incubateur réfrigéré et une balance de précision  et  pour le département de l’Elevage et de la Pêche, de pistolets ou inséminètres, des applicateurs, des bombonnes GF2 , des pinces à boucler, des marqueurs indélébiles, des thermomètres, des ciseaux des thermos de décongélation, des caisses, des cotes d’inséminateurs, des paires de bottes et des divers équipements de pisciculture,
La donation rentre dans le cadre de la mise en oeuvre du projet de coopération Sud-Sud Mali – Maroc intitulé GCP/MLI/046/MOR.
L’Assistant du représentant de la FAO, Modibo Touré a déclaré que  la coopération sud- sud est un mécanisme avantageux grâce auquel il est possible de développer rapidement les capacités dans les pays du sud par le partage des connaissances et des ressources, et de ce fait un moyen à la fois efficace et économiques de parvenir à un monde libéré de la faim.
«  La FAO a activé ce programme, à la demande du gouvernement du Mali, à travers le projet intitule “Programme de Coopération Sud-Sud Mali Maroc” pour appuyer la vision du gouvernement “de faire l’agriculture le moteur de l’économie nationale”, notamment le processus d’opérationnalisation des agropoles » a conclu  Modibo Touré.
Le Secrétaire général du département de l’Agriculture,   Lassine Dembélé a remercié la FAO pour son soutien et son accompagnement indéfectible au Mali et rendu un vibrant hommage au royaume du Maroc pour son appui remarquable qui honore la coopération Sud-Sud.
Le programme est articulé autour de deux types d’activités à savoir le renforcement de capacités des acteurs du développement rural (formations de personnel, appuis technique, et voyages d’études) et l’acquisition de matériels et équipements techniques.

Source : AMAP