GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

R.I.D.O.N

RECUPERATION  ET
INTEGRATION DES
DONNEES DE
L'OFFICE DU NIGER


L'approche full web
du système d'information
de l'Office du Niger

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer

LE RESEAU D'IRRIGATION

L’irrigation des terres de l’OFFICE DU NIGER est rendue possible grâce au barrage de Markala, situé sur le fleuve Niger, qui relève les eaux d’environ 5,5 mètres au dessus du niveau d’étiage. Elle se fait ensuite par l’intermédiaire de grands canaux adducteurs qui emmènent l’eau de façon gravitaire jusqu’aux différentes zones irriguées, situées pour la plupart entre 70 et 150 kilomètres plus au Nord.

Les zones irriguées sont divisées en casiers hydrauliques, chaque casier étant alimenté par un distributeur branché sur un des canaux adducteurs. Les distributeurs alimentent à leur tour des partiteurs, sur lesquels sont branchés des arroseurs. Chaque arroseur assure ensuite l’irrigation de plusieurs parcelles soit directement, soit par l’intermédiaire de rigoles.

Le drainage est réalisé de façon symétrique. L’eau est drainée depuis la parcelle par les rigoles d’irrigation (celles-ci ayant la double fonction irrigation et drainage) ou directement par les drains d’arroseurs. Ceux-ci se jettent à leur tour dans les drains de partiteurs. Des grands drains collecteurs assurent ensuite l’évacuation de l’eau vers le Nord où elle disparaît par percolation et par évaporation.

Le réseau hydraulique de l’Office du Niger est constitué de trois niveaux : le primaire, le secondaire et le tertiaire.


Le Réseau Primaire

Il comprend trois systèmes hydrauliques aménagés(Le système du Sahel , Le système du Macina ,Le système de Costes-Ongoïba) et quatres systèmes hydrauliques non aménagés (le système du Mema, le système du Farimake, le système du Kareri et le système du Kokeri).

La maintenance du réseau primaire ainsi que l’ensemble des ouvrages  qui lui sont liés est à la charge de l’état et géré par un service de l’Office du Niger le SERP (Service d’Entretien du Réseau Primaire).

Le Réseau Secondaire
Le réseau secondaire est constitué de quatre types de canaux :

Les distributeurs : Ces canaux prennent source sur le réseau primaire par un ouvrage de prise et portent généralement le nom de leur constructeur ou de l’un des villages desservis.

Deux ou trois distributeurs peuvent être amenés à desservir une même zone de production comme un distributeur peut desservir plusieurs zones.

Les partiteurs : Ils partent des distributeurs grâce à un ouvrage de prise.

Ce réseau est géré par et pour le compte d’une Zone de production de l’Office du Niger avec la participation des exploitants agricoles sous la forme de Comités Paritaires.

Les sous-partiteurs : Ils sont branchés sur les partiteurs au moyen d’un ouvrage de prise. Ils ont le même rôle que les partiteurs, mais ils desservent des superficies de moindre importance

Les arroseurs indépendants : Il s’agit d’arroseurs ayant directement leur prise sur les distributeurs.

La maintenance du réseau secondaire ainsi que l’ensemble des ouvrages annexes qui lui sont liés (pistes, cavaliers, ponts,…) est à la charge de l’Office du Niger. Elle est financée par une partie de la redevance perçue auprès des paysans en contre partie de la fourniture d’eau.

Le Réseau Tertiaire et Quaternaire

Le réseau tertiaire ou l’arroseur prend sa source sur le réseau secondaire sur les partiteurs grâce à un ouvrage de prise. Chaque arroseur dessert une superficie de 15 à 40 ha sur une longueur de 1 km.

Dans les aménagements réhabilités, le réseau tertiaire est complété par des rigoles : on parle alors de réseau quaternaire.

La gestion des réseaux  tertiaire et quaternaire est du ressort des exploitants. Ils doivent en assurer la maintenance à leur propre frais. L’ON apporte une aide technique pour le bon déroulement des travaux d’entretien de ces réseaux.

 

LE BARRAGE DE MARKALA

Il constitue la pièce maîtresse des aménagements hydro agricoles de l’Office du Niger.

Ce  barrage est situé sur le fleuve Niger à 35 kilomètres en aval de la ville de Ségou, chef lieu de la quatrième Région et à 275 kilomètres de Bamako, la capitale du Mali. Les travaux de construction du barrage ont commencé en 1934 pour s’achever 1945 ; sa mise en service date de  1947. Il relève en amont, le plan d’eau de 5,5 mètres et permet ainsi de dériver les eaux du fleuve vers les périmètres aménagés en rive gauche.

Il permet également de maintenir un niveau d’eau minimum dans le canal de Dioro qui alimente en rive droite les périmètres irrigués de l’Office riz de Ségou.

 

LE SYSTEME HYDRAULIQUE DE L'ON


LES SYSTEMES HYDRAULIQUES DE L'OFFICE DU NIGER

Le schéma d’aménagement de la zone Office du Niger a été élaboré à partir de levés topographiques datant des années 1950. Ce schéma d’aménagement s’appuie sur les huit (8) systèmes hydrauliques identifiés avec les superficies potentielles aménageables. Il s’agit de :

  • Système du Kala supérieur 94 738 ha

  • Système du Kala inférieur 92 129 ha

  • Système du Kouroumari 139 814 ha

  • Système du Macina 716 610 ha

  • Système du Karéri 477 327 ha

  • Système du Kokéri 142 318 ha

  • Système du Méma 119 476 ha

  • Système du Farimaké 124 994 ha

Les systèmes hydrauliques sont ainsi conçus pour êtres irrigués progressivement par trois grands canaux divisés en biefs d’irrigation par des ouvrages conséquents en fonction des côtes de terrain naturel. Le Canal du Sahel irrigue les systèmes du Kala Inférieur, du Kouroumari, du Méma et du Farimaké. Quant au Canal du Macina, il irrigue les systèmes du Macina, du Karéri et du Kokéri. Le Canal Costes-Ongoïba est projeté pour l’irrigation du Kala Supérieur.

 


Joomla Templates by Joomlashack