GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Mercredi, 21 Mars 2018 10:47

Évaluation définitive de la situation alimentaire : Le niveau des productions céréalières préoccupant

Le Cadre harmonisé de la sécurité alimentaire et nutritionnelle a tenu le lundi 12 mars, une réunion pour faire l’évaluation définitive de la situation des personnes vulnérables. Il en ressort que le niveau des productions céréalières est très préoccupant.

La réunion était présidée par le ministre-commissaire à la Sécurité alimentaire, Oumar Ibrahima Touré. Il trouve en cette réunion une importance capitale pour le système de sécurité alimentaire au Mali. Selon lui, il s’agit pour le Cadre Harmonisé (CH) d’analyser et identifier les populations les plus vulnérables à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle, au titre de la campagne agricole 2017-2018.

Le ministre estime qu’il est impératif de produire des informations consensuelles sur la situation alimentaire et nutritionnelle de la région du sahel et de l’Afrique de l’Ouest avec l’ensemble de leurs partenaires.

Poursuivant son intervention, Oumar Ibrahima Touré a affirmé que les experts du Système d’Alerte Précoce (SAP) ont sillonné entre janvier et février l’ensemble du pays pour évaluer de façon qualitative la campagne agropastorale en vue d’identifier les zones à risque ; collecter des données de paramètres clés pour les analyses de l’économie des ménages en vue de dégager les zones potentiellement en déficit de survie ou de protection des moyens d’existence. Et que les résultats de c’est différentes évaluations ont été valides les 8 et 9mars 2018 par l’ensemble des acteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ensuite, il évoque sa préoccupation à propos des productions céréalières affectées en maints endroits par l’arrêt précoce des pluies et que les informations remontées font état de facteurs d’aggravation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Il cite entre autres la faiblesse notoire de la crue qui a affecté d’une part les cultures de contre saison notamment le riz à l’Office du Niger et dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao ; et  d’autre part la pêche et mais aussi la navigabilité du fleuve Niger principale voie d’approvisionnement des régions du Nord ;la hausse des prix des céréales qui grève l’économie des ménages singulièrement les plus vulnérables ; et enfin l’insécurité civile qui continue d’impacter négativement les activités génératrices de revenus, les mouvements des personnes et des animaux ainsi que les circuits d’approvisionnement des marchés.

Partant, le commissaire à la Sécurité alimentaire a exhorté les experts à formuler des propositions d’actions concrètes de résilience, car le taux de la pauvreté est très élevé au Mali.

Source : Azalaï-Express

 
Joomla Templates by Joomlashack