GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Vendredi, 09 Février 2018 11:14

Insécurité alimentaire au Mali : Les organisations humanitaires tirent la sonnette d’alarme !

La situation de la sécurité alimentaire au Mali préoccupe les organisations humanitaires. Elles dépeignent une situation très inquiétante. L’insécurité alimentaire constitue un problème majeur au Mali. Dans un rapport publié en début du mois, dont le journal « Le Pays » s’est procuré d’une copie, les agences de l’Organisation des Nations Unies estiment que 795 000 personnes ont besoin d’une assistance alimentaire d’urgence. La situation sera beaucoup plus inquiétante en période de soudure « plus 4,1 millions soit plus d’un malien sur cinq seront en situation d’insécurité alimentaire et auront besoin d’assistance alimentaire ».

Ceci constitue une hausse par rapport à l’année dernière. D’une façon générale, les agences onusiennes jugent la situation humanitaire très préoccupante, même si elle est beaucoup plus grave dans le nord et certaines parties du centre.  D’ores et déjà, elles réclament 263 millions de dollars pour répondre aux besoins de 1,5 millions de personnes.   Ce plan de réponse humanitaire met l’accent sur la réponse d’urgence et encourage l’adoption de solution durable en lien avec les acteurs du développement.

Contacté, le commissariat à la sécurité alimentaire confirme en partie ces informations. Il reconnait toutefois des difficultés mais estime avoir les outils pour endiguer le phénomène. C’est un système déjà rôdé. « La situation est certes beaucoup plus difficile cette année, mais pas alarmante », tempère une source proche du dossier.  D’après les prévisions du commissariat à la sécurité alimentaire de juin à août « 3 298 151 personnes soit 17,47% de la population seront en situation alimentaire difficile ». Cela adviendra seulement au cas où les mesures nécessaires ne seront pas prises. Un plan national de réponse est d’ailleurs en cours d’élaboration. Les travaux commenceront dès l’adoption dudit plan.

Les raisons sont liées à une campagne agricole globalement moyenne dans le pays avec des poches de mauvaise production dues à l’insuffisance hydrique (pluies, crue) et aux déprédateurs notamment dans le sahel occidental et le delta intérieur du fleuve Niger.

Source : Le Pays

 
Joomla Templates by Joomlashack