GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Lundi, 05 Février 2018 12:21

Innovation dans le secteur de l’Agriculture : La gestion des subventions désormais par voie électronique !

Conformément à la volonté du président de la République à l’issue du dernier Conseil supérieur de l’Agriculture d’assainir le système d’approvisionnement des intrants, le ministère de l’Agriculture à travers le Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) a élaboré et testé un programme d’octroi de la subvention par voie électronique dénommé e-vaucher.

Dans le but d’établir une stratégie d’appropriation de l’outil (e vaucher) par les bénéficiaires, le projet PPAAO/WAAPP a organisé un atelier de réflexion au cours duquel tous les acteurs du monde agricole étaient présents. C’était mercredi 31 janvier dans la salle de conférence du Grand hôtel de Bamako. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Adoulaye Hamadoune avec à ses cotés le coordinateur du PPAAO/WAAPP, Aly Kouriba.

 

En effet, ce programme consiste à octroyer des bons électroniques sous forme de sms aux exploitants agricoles à partir de base de données d’un fournisseur d’intrants. Il vise à améliorer l’efficacité, la transparence et la traçabilité de la subvention en impliquant l’ensemble des acteurs de la production agricole. Cela exprime la manifestation progressive de la volonté des plus hautes autorités à faire de l’agriculture le moteur du développement et le pilier de l’économie du Mali.

Selon M. Abdoulaye Hamadoune, le Mali a instauré depuis 2008 une politique de subvention des intrants agricoles à travers l’opération dénommée ‘’initiative riz’’.  Cette initiative avait pour objectif l’amélioration de la résilience des petites exploitations agricoles dans un contexte de changement climatique.

Il s’agissait en fait, précise-t-il, de continuer par la même occasion à la réduction de la pauvreté des producteurs et par l’emploi généralisé des intrants agricoles, le développement des marchés de produits agricoles tout en impliquant résolument le secteur privé sur la base d’un partenariat public privé. « Cette action devrait permettre à l’agriculture malienne d’augmenter la production agricole pour répondre au besoin alimentaire du pays » a-t-il déclaré. Et d’ajouter que malgré la pertinence de cette option, il s’est avéré dans sa mise en œuvre que la subvention des intrants agricoles et la distribution des cautions techniques ont été rendues difficiles. Or l’objectif visé était de rendre transparentes ces transactions. C’est pourquoi, dira-t-il, l’assainissement du système d’approvisionnement des engrais a été une des grandes recommandations du dernier conseil supérieurs tenu à Koulouba, eu égard de l’inquiétude des plus hautes autorités maliennes.

Selon lui, c’est justement pour donner suite à cette recommandation que le ministère de l’Agriculture à travers le programme WAAPP a testé un programme d’octroi de la subvention par voie électronique dénommé ‘’e-vaucher’’.

A noter que les premiers tests de cette innovation ont été effectués dans les régions du nord et celles de Sikasso et de Ségou.

Source : le Sursaut

 
Joomla Templates by Joomlashack