GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Jeudi, 23 Novembre 2017 09:03

Djimé Sidibé, DGA de l’ON sur le plateau de SARA TV

«L’Office du Niger s’il est bien aménagé peut-être le grenier de l’Afrique de l’ouest »

Le Directeur général adjoint de l’Office du Niger, Djimé Sidibé était, ce mardi 21 novembre, l’invité de SARA TV, la chaine du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales. Sur le plateau, il a brillamment présenté le géant de la riziculture qu’est l’Office du Niger, son historique, ses objectifs, ses missions, ses atouts et les perspectives. Evoquant l’historique de l’entreprise, il a indiqué que l’Office du Niger a été créé en 1932 par l’administration coloniale française avant d’être nationalisé en 1961, un an juste après l’indépendance du Mali. Les objectifs de l’Office du Niger rappelle le DGA Sidibé est de «mettre en valeur et de développer le delta central du fleuve Niger pour la souveraineté alimentaire du Mali ».
S’agissant des missions de l’entreprise, elles s’articulent sur la gestion des eaux et maintenance des aménagements ; la maitrise d’ouvrage déléguée pour les études et le contrôle des travaux ; l’entretien des infrastructures primaires ; la gérance des terres ; et le conseil rural et assistance aux exploitants des terres aménagées en approvisionnement en intrants et matériels agricoles.
En ce qui concerne les atouts, Djimé Sidibé a mis en relief la grande disponibilité en terre irrigable (la superficie de la zone affectée à gérance est 2.458.506 ha ; celle potentielle aménageable est 1.907.406 ha ;), l’irrigation par gravité avec maitrise totale de l’eau et autres systèmes d’irrigation (la superficie irrigable par gravité de l’eau à partir du barrage de Markala est de 1.445.000 ha). Aussi, il a soutenu que le coût de production est assez bas du riz (70 F CFA/kg de paddy en moyenne. Avant d’ajouter que le marché est en croissance (importation sous régionale près de 2 millions de tonnes de riz/an). Ce n’est pas tout, le DGA Sidibé a également évoqué les garanties juridiques sur le foncier et la volonté politique affichée des plus hautes autorités pour encourager l’investissement privé.
Enfin abordant les perspectives, le DGA Djimé Sidibé a énuméré ce qui suit : l’accélération du rythme des aménagements communautaires et privés ; la maitrise des domaines fonciers et du cadastre de l’Office du Niger ; la rationalisation de la gestion de l’eau à travers les travaux d’entretien du réseau hydraulique et l’organisation cohérente et dynamique des structures paysannes en vue d’une meilleure organisation du monde rural. S’y ajoutent la planification prospective des projets et programmes de l’Office du Niger ; l’amélioration du système de gouvernance de l’Office du Niger et le développement axé sur la vision d’Agropole.

 
Joomla Templates by Joomlashack