GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Lundi, 27 Mars 2017 11:57

LE COMITE EXECUTIF DE L'AGRICULTURE:CAP SUR 9 MILLIONS DE TONNES POUR LA CAMPAGNE 2017-2018

Notre pays vient de franchir le cap de 8 800 000 tonnes de céréales pour se classer premier producteur de céréales dans la sous-région après le Nigéria. La salle de conférence de la Primature a abrité le jeudi 23 mars dernier, les travaux de la 7eme session du Comité exécutif national de l’agriculture (CENA).La rencontre était présidée par le Premier ministre, Modibo Keita.

Elle s’est déroulée en présence des ministres des différents départements impliqués dans la gestion du développement agricole et les représentants de la profession agricole. Le ministres de l’Agriculture, Kassoum Denon, de l’Elevage et la Pêche, Nango Dembélé, de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, Mme Keita Aida M’bo, de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé et de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf. On notait aussi la présence de plusieurs acteurs du secteur de l’agriculture : les directeurs nationaux des structures des différents départements concerné par l’agriculture : les DG de l’Office du Niger, Mamadou Coulibaly, de la CMDT, Pr Baba Berthé, le président de l’APCAM, Bacary Togola.  A l’ordre du jour de  cette session : l’examen du document de plan de campagne Agricole 2017-2018, harmonisé et consolidé des départements de l’Agriculture, de l’Elevage et la Pêche. Le chef du gouvernement a, dans son discours d’ouverture des travaux, rappelé tout d’abord les recommandations de la dernière session du Conseil supérieur de l’agriculture. Recommandations dont la mise en œuvre a permis à notre pays de réaliser l’une de ses meilleures performances dans la production agricole, estimée à 8 849 551 tonnes, toutes céréales confondues. « Notre pays a enregistré des résultats encourageants au cours des dernières années permettant ainsi d’améliorer la production agricole qui a atteint des records pour les céréales et la coton ».

 

Selon  Modibo Keita, cette performance malienne dans l’agriculture est la traduction de la volonté politique du président de la République Ibrahim Boubacar Keita. « Celui de moderniser l’agriculture malienne et d’assurer la sécurité et la souveraineté alimentaire de notre pays ». Le plus important sera, selon le Premier ministre Modibo Keïta, de se donner les moyens de traduire dans les faits cette volonté politique, car, dit-il, « c’est ainsi que l’on peut assurer le bonheur et la dignité des exploitants agricoles de notre développement agricole fortement tributaire des changements climatiques ». Par ailleurs, le  chef du gouvernement a exhorté tous les Maliens à s’inscrire dans une dynamique de changement qualitatif dans l’intérêt de vaincre ensemble le défi de la modernisation de notre agriculture.

Le ministre de l’Agriculture a, pour sa part, exprimé sa satisfaction des résultats de la production de cette année. « Le bilan révèle une année de production record. Le Mali vient de franchir le cap de 8 800 000 tonnes…..pour se classer premier producteur de céréales dans la sous-région après le Nigéria, qui est à 28 millions de tonnes. Pour le coton, nous venons de franchir la barre de 6 45 000 tonnes pour une prévision de 6 50 000 tonnes. Une première pour le Mali. Ce bilan fait que l’agriculture constitue la fenêtre de luisance pour notre pays». Pour la campagne à venir, le ministre Denon dira que « sur la base de la campagne 2016-2017, nous avons fait la projection 2017-2018. Nous voulons aller à une progression moyenne, globale de 10 à 12%, soit 9 millions de tonnes dont 3 017 410 tonnes de riz, et 625 000 tonnes de coton graines ».

Pour réaliser cette ambition, Kassoum Denon entend s’appuyer sur la politique de diminuer les superficies pour augmenter la production. Toutes choses qui demandent la politique de l’accroissement de la production à l’hectare. Une des recommandations fortes du Premier ministre. Pour réaliser cette ambition, un budget global de 287 679 207 500 FCFA a été prévu, dont  une contribution de 59,8 milliards de FCFA de la part de l’Etat, contre 134, 1 milliards de FCFA pour les producteurs. A l’issue de la rencontre, les participants à ces travaux ont validé le document de programmation. Au micro des journalistes, le ministre de l’Agriculture a expliqué que l’objectif est maintenant d’aller vers une agriculture productive, compétitive et durable. Pour ce faire de grandes recommandations ont été faites. Il s’agit, entre autres, de l’accroissement de la production à l’hectare ; de tenir compte du phénomène  changement climatique et  de mettre un accent particulier sur la fertilité des sols. Désormais, mandat est donné au Conseil supérieur de l’agriculture qui se tiendra probablement le jeudi prochain sous la houlette du chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keita,  de valider le plan.

Source : 22 Septembre

 
Joomla Templates by Joomlashack