GENERALITES SUR L'OFFICE DU NIGER

HOME
PRESENTATION
HISTORIQUE
LES MISSIONS
LES PERSPECTIVES

LE S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le barrage de Markala

LA G.E.D DE L'OFFICE DU NIGER

Plusieurs centaines
de documents
dans la G.E.D
de l'Office du Niger

LA GESTION DE L’EAU

S.I.G DE L'OFFICE DU NIGER

Le réseau primaire est composé du barrage de Markala, du canal adducteur
et de trois systèmes hydrauliques à partir du Point A.


Le système du Sahel (irrigue les zones de Molodo, Niono, N'Débougou et Kouroumari).

Le système du Macina (irrigue la zone de Macina et la concession de canne à sucre de SOSUMAR).

Le système Costes Ongoïba (irrigue la zone de M'Béwani et la concession de canne à sucre de SUKALA).

Imprimer Envoyer
Jeudi, 02 Mars 2017 16:53

Salon International de l’Agriculture de Paris 2017 : L’office du Niger fait briller le Mali de mille couleurs !

De son stand majestueusement installé au centre du salon international de l’Agriculture de Paris, l’Office du Niger conduit par son Président Directeur Général, Dr Mamadou Mbaré Coulibaly est en en train de faire, merveilleusement, la promotion des potentialités agricoles du Mali. Zoom sur ce grenier d’Afrique occidentale.

A la faveur du Salon International de l’Agriculture de Paris, la capitale française sera le centre du savoir-faire de l’agriculture et de l’élevage du monde. Tenant du 25 février au 05 mars 2017, au Parc d’exposition- Porte de Versailles, ce salon regroupe cette année les professionnels de 142 pays, pour 1740 exposants de 40 pays sur 13 secteurs d'exposition qui seront visités officiellement par 300 délégations internationales. Au centre de ce rendez-vous international, le drapeau du Mali flotte dignement à travers le stand de l’Office du Niger. Qui suscite l’intérêt à la fois des visiteurs, des professionnels, des décideurs et de la diaspora malienne en Europe.

Sous la clairvoyance du ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, l’office du Niger à ce SIA 2017 présente un produit diversifié et enthousiaste. Il s’agit des offres et des potentialités réelles et futures que ce géant agricole recèle en termes d’aménagement hydroagricole pour la culture du riz et d’autres. Hier, le PDG de l’Office du Niger, Dr Mamadou Mbaré Coulibaly à la faveur de la journée du Mali, est revenu sur l’historique, les chantiers et les perspectives de l’Office du Niger.

UN POTENTIEL DE DEVELOPPEMENT POUR LE MALI !

Les missions non exhaustives de l’Office du Niger se résument entre autres, à la gestion des eaux, la maintenance des aménagements, la maîtrise d’ouvrage déléguée pour les études et le contrôle des travaux. S’y ajoutent, l’entretien des infrastructures primaires, la gérance des terres, le conseil rural et l’assistance aux exploitants des terres aménagées en approvisionnement en intrants et en matériels agricoles.

Le projet initial en 1929 comportait l’aménagement de 960 000 ha dont 510 000 ha pour la culture du coton et 450 000 ha pour le riz. Ainsi, pour la réalisation de ce vaste programme, l’Office du Niger fut créé le 5 Janvier 1932 par l’administration coloniale et nationalisé le 19 Mai 1961.

En 2015/2016, 118 148,80 ha sont aménagés et exploités à partir du barrage de Markala. Le domaine aménageable est très vaste et cette région représente un potentiel de développement important pour le pays.

Les ressources en eau sont abondantes au droit du Barrage de Markala pendant la période de crue (6 000 m3/s). La période de décrue bénéficie du soutien du Barrage de Sélingué et dans le futur le scenario futur Fomi-Taoussa-Kandadji de l’ABN.

A notre, qu’il est signé le 12 février 2014 entre l’Etat, l’Office du Niger et les Exploitants Agricoles, un contrat-plan agricole 2014-2018, qui a pour objectif global de contribuer à l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la lutte contre la pauvreté au Mali par une croissance économique accrue. A terme, il vise l’aménagement de 65 550 ha de nouvelles terres pour la production de riz et la réhabilitation de 25 599 ha d’aménagement existants.

LES GIGANTESQUES PERSPECTIVES!

Pour la campagne agricole 2016-2017, les perspectives de l’Office du Niger sont prometteuses et se concentrent en superficies cultivées et en productions attendues. En effet, les objectifs de superficies se décomposent comme suite : riz en saison et contre saison (146 113  ha), spéculations maraîchères (10 964 ha), pomme de terre (910 ha), maïs (3 525 ha).

Quant aux productions attendues, elles concernent : le riz paddy (914 979 tonnes), les produits maraîchers (325 952 tonnes), maïs (16 350 tonnes), pomme de terre (31 850 tonnes).

Au-delà de ces perspectives à court thermes, le géant de l’Agriculture de l’Afrique Occidentale se veut futuriste grâce à des programmes et politiques d’aménagements qui répondront dans les années à venir au souci de la sécurité alimentaire de nos pays d’Afrique subsaharien. De ces programmes, on peut citer, le Schéma Directeur d’Aménagement de l’Office du Niger validé en conseil de Ministres en 2008 qui a retenu l’option pour l’horizon 2020 d’aménager 120.000 ha et porter aussi la superficie irriguée à 200.000 ha en manifestant sa volonté de promouvoir les exploitations agricoles familiales et les investisseurs privés.

En outre, les ambitions de la direction actuelle de l’ON sont pharaoniques. A cet effet, une kyrielle d’initiatives seront mises en œuvre. Au nombre desquelles, on peut citer, la noble ambition de faire de l’Office du Niger l’Agropole de Ségou, l’accroissement des  productions végétales et animales, le développement du partenariat public-privé, l’amélioration de l’habitat rural, l’Instauration d’une pension de retraite pour les producteurs.

Ce n’est pas tout, il est prévu aussi l’installation d’usines de conservation et de transformation des produits maraichers (tomate, pomme de terre, oignon ….), le développement de la pisciculture en cages flottantes avec l’installation des agro pasteurs le long des émissaires de drainage. Pour couronner tout cela, l’on envisage, la reconversion des canaux en terres en bétons et l’installation de bornes fontaines sous pressions pour le développement d’irrigation par aspersion et goutte à goutte. La réalisation de ces chantiers porteurs sera accompagnée par la construction d’un pont sur le fleuve Niger à Ségou  et pourquoi pas un port  aérien à Ségou.

Au salon international de l’Agriculture de Paris, hier,  l’assistance a prêté bonne oreille à la présentation du PDG de l’Office du Niger, Dr Dr Mamadou Mbaré Coulibaly.

 
Joomla Templates by Joomlashack